Cœurs perdus en Atlantide de Stephen King

Dernière mise à jour : 29 oct.

Un recueil de nouvelles qui a failli me perdre mais que je vous recommande chaudement…


Résumé :


"« Même s'il est difficile de le croire, les sixties ne sont pas imaginaires : ces années-là ont bel et bien existé. »"


"Voici sans doute l'un des plus beaux romans sur l'enfance.

L'Amérique des années 60 aux années 80, les U.S.A. sans fard et sans clichés, tout en finesse et en émotion.

Et si King était l'un des meilleurs romanciers de notre époque "

 

Avis :

Note : B+


J'ai débuté ma lecture en ignorant qu'il s'agissait d'un recueil de nouvelles et de romans courts ce qui a terni mon expérience de lecture initiale. J'ai été très investie dans la première histoire "Crapules de bas étage en manteau jaune" qui fait de nombreuses références à des éléments de la saga La Tour Sombre. Mais lorsque j'ai débuté la seconde histoire "Chasse-cœurs en Atlantide" mon sentiment était mitigé : les différentes nouvelles n'étaient pas présentées dans mon édition comme des histoires distinctes mais plutôt comme de nouveaux chapitres en avançant dans le temps.

J'ai donc apprécié cette seconde histoire mais en me sentant perdue car je ne comprenais pas où l'auteur voulait en venir et le lien entre les deux histoires. C'est à la lecture de la troisième nouvelle que je me suis renseignée sur le livre et que j'ai compris qu'(il s'agissait d'histoires distinctes. Ma lecture a alors été plus qu'agréable.


Ce recueil de romans courts et de nouvelles se déroulant de 1960 à 1999 est particulièrement atypique. En effet les histoires bien que distinctes sont liées entre elles à travers plusieurs personnages. On rencontre la plupart des personnages principaux du recueil dès le premier roman court "Crapules de bas étage en manteau jaune" ainsi que Carole Gerber qui fait office de fil rouge tout au long du livre. On est alors très rapidement en empathie avec les personnages puisqu'ils nous sont familiers.

L'organisation même du recueil n'a pas été choisie au hasard : en effet le lecteur avance dans le temps à mesure qu'il avance dans les nouvelles. Chacune d'entre elles présentant une période particulière de la vie de l'un des personnages.


Ce qui a le plus retenu mon attention dans ce livre est l'une de ces thématiques principales : la guerre du Viêt Nam omniprésente et la critique de la génération des sixties. Stephen King livre une vision très négative de sa propre génération marquée par cette guerre mais aussi par des idéaux qu'elle a échoué à atteindre.


En France, nous abordons assez peu finalement cette guerre et ses impacts politiques et sociaux aux Etats-Unis et j'ai trouvé très intéressant de découvrir cette thématique… par mon auteur préféré !


 

#StephenKing #Février2021 #Vietnam


2 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout