top of page

Mes Lectures du Mois - Mars - Avril 2024

La fin d'une saga, la découverte d'une nouvelle... et l'arrêt d'une troisième, ce fut deux mois mouvementés!

 

Le mois de Mars et l'arrivée du printemps ont clotûré l'intégrale de Batman Rebirth avec le tome 4.


Note : B+


Ce dernier tome de l'intégrale est divisé en trois arcs très intéressants mais que j'ai très inégaux. Cauchemars présente une suite de cauchemars que Batman, brisé est en train de faire tout en introduisant le personnage de Thomas Wayne, venant d'une dimension où il est devenu Batman. Le personnage est très intéressant et le réveil de Bruce Wayne est badasse mais les cauchemars en eux-mêmes n'apportent rien. Puis vient La Chute et les déchus où les évènements se précipitent et les révélations s'enchainent pour aboutir à La Cité de Bane. Cet arc m'a laissé mitigée : d'un côté le Gotham contrôlé par Bane me fait froid dans le dos autant qu'il me passionne et mon petit cœur s'est emballé avec le retour de Catwoman. De l'autre des actions très importantes sont décrites très rapidement; à tel point que j'ai parfois dû relire certaines planches pour bien comprendre ce qu'il se passait. Le gros point négatif de ce tome réside dans sa conclusion que j'ai trouvé décevante par son manque de clarté et sa complexité.


La saga est très chouette, peut-être un peu complexe pour quelqu'un qui découvre l'univers de Batman mais je l'ai beaucoup apprécié !

 

J'ai ensuite voulu assurer une lecture rapide pour la fin du mois de mars et je me suis tournée vers le tome 9 de l'Epouvanteur : Grimalkin et L'Epouvanteur de Joseph Delaney.


Note : B

Je pense qu'il s'agira du dernier tome de cette saga que je lis avant un moment et pourtant je l'ai trouvé très bon !

Après avoir entravé le Malin, Grimalkin part avec sa tête et fuit ses sbires. Son but : rester hors de leur portée jusqu'à ce que l'épouvanteur et son apprenti trouvent un moyen définitif de renvoyer le démon. Une fois n'est pas coutume, le récit est écrit du point de vue de Grimalkin. Le lecteur alterne entre sa cavale, son discours interne et l'histoire de sa vie... et l'on se rends vite compte que la tueuse des Malkin n'est pas juste un personnage cruel et sans profondeur : il s'agit d'une sorcière dont le parcours complexe et la ténacité sont impressionnants ! L'auteur rends son personnage plus humain et on finit par s'attacher et prendre partie pour elle dans sa lutte contre le Malin.

Je crois que c'est l'un des meilleurs tomes de la saga et le changement de narrateur y est pour beaucoup. Je pense m'être lassée de l'immaturité de Tom et du peu d'évolution que le personnage a eu malgré tout les évènements qu'il a subi. J'arrête donc la saga de l'épouvanteur (pour l'instant) sur une note positive grâce à Grimalkin !


 

Ayant envie de fantasy, j'ai enchainé avec une lecture qui est sur ma pile à lire depuis un bon moment : Les Enfants d'Aliel, tome 1 - Le Grand éveil de Sara Schneider.


Note : B+


Avant de vous parler de l'histoire, un petit mot sur la couverture de chacun des tomes de cette pentalogie : je les trouve magnifiques !

Dans un monde fantastique : les Terres Franches, une entité maléfique, Orga, se réveille et tente de prendre le contrôle du monde. Face à elle, se dressent sans le savoir les Synalions : des personnes choisies par Aliel, l'entité du "bien" et bénéficiant d'un Don pour contrer Orga. C'est dans ce cadre que le lecteur fait la rencontre de Lilas, une jeune femme qui découvre sa connexion avec la nature et le monde qui l'entoure. Accompagné de Flynn, son gardien, elle parcourt les Terres Franches à la recherche des autres Synalions.

La structure de ce premier tome reste assez classique pour introduire une saga fantasy : le personnage principal se découvre un pouvoir, rencontre quelqu'un de plus sage qui va l'accompagner et parcourt le monde... MAIS un changement de point de vue casse, au milieu du livre cette dynamique habituelle et évite au récit une répétition dans les évènements. J'ai vraiment apprécié ce changement de rythme !

Je me suis surprise à m'attacher très rapidement aux personnages et à être happée par l'histoire. Le rythme est bien dosé entre explications, découverte du monde, dialogue interne des personnages et actions : le lecteur ne s'ennuie pas mais a le temps de s'approprier le récit.

Il y a deux points qui ont néanmoins terni mon expérience de lecture : les chapitres avec la pierre (je n'en dis pas plus) m'ont semblé sorti de nulle part et j'ai mis du temps à accepter ce nouvel élément au récit (beaucoup de temps !). J'ai aussi eu un problème avec la fin.. qui n'est pas une fin. J'ai un peu de mal quand un roman n'est pas une histoire à part entière : évidemment dans une saga tout n'est pas réglé dès la fin du premier tome mais je trouve dommage qu'il n'y ait pas eut quelques éléments de conclusion à la fin de ce livre.. Vu mon engagement dans la saga par la suite, et l'ensemble des éléments mis en place au fur et à mesure par Sara Schneider, ce point me semble de plus en plus anecdotique mais sur le coup, j'ai été chiffonnée... et j'ai donc enchainé très rapidement avec le second tome !

 

Sara Schneider a une faculté rare : une fois sa saga commencée, impossible pour moi de m'arrêter ! Cela m'arrive souvent avec les derniers tomes d'une saga (L'épée de vérité ou le Sorceleur) mais j'arrive généralement à espacer la lecture des premiers tomes.. Raté ! J'ai foncé sur Les enfants d'Aliel tome 2 - Le cheval de feu.


Note : A


L'histoire est divisée en trois parties. Le lecteur suit dans un premier temps les Synalions au Durna. C'est l'occasion de découvrir un nouveau peuple et son mode de vie mais cette paix est très vite ébranlée par une attaque d'Orga... Le groupe se sépare. Le lecteur suit alors Jaz dans la principauté du Nord sous la protection de la princesse Eslina. D'un autre côté, les Synalions partent à la rencontre d'un apothicaire dans l'espoir d'un remède au poison d'Orga et d'un indice sur le dernier d'entre eux.. Rien ne se passe comme prévu !


J'ai beaucoup aimé ce second tome qui joue avec nos émotions et met les personnages en réel danger. L'attachement aux personnages se retrouve renforcé et je ne pouvais m'empêcher d'être inquiète pour eux. Ceux ne sont pas des héros mais des personnages complexes avec leurs doutes, leurs qualités et leurs défauts : l'empathie est donc très simple.

Le petit plus de ce tome qui m'a beaucoup plu : les prémisses d'une histoire d'amour où aucun des deux personnages ne comprends ses propres sentiments. Cela conduit à beaucoup de malentendus entre eux et d'incompréhension dans des scènes aussi touchantes que frustrantes (parce que j'avais hâte de les voir finir ensemble) !

à la fin de ce second tome, je n'avais qu'une envie : continuer ma lecture de la saga !

 
4 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note
bottom of page