Messe Noire de Peter Straub

Dernière mise à jour : 29 oct.

Mon mois de mars a été consacré à ce roman.. Non pas qu'il est particulièrement long mais j'ai trainé des pieds pour le lire. Je vous explique pourquoi !

Résumé :

Terrifiant... Impossible à lâcher. » - Stephen King « J’ai lu ce roman jusqu’au bout de la nuit. Straub y tisse un cauchemar d’un autre monde. À dévorer absolument. » - Stephen King

Wisconsin, années 1960. Spencer Mallon, un gourou au charisme sulfureux, invite ses jeunes disciples à pratiquer un rituel secret, une sorte de messe noire dans un champ isolé près de leur campus. Mais la situation dérape très vite et il ne reste de cette nuit qu’un cadavre démembré, ainsi que le traumatisme profond partagé par les survivants. De nombreuses années plus tard, l’horreur hante encore ce groupe d’amis autrefois inséparables, qui va bientôt devoir se confronter de nouveau à la terrifiante question de la nature même du mal...

 

Avis :

Note : D


La note laisse peu de place aux doutes : je n'ai aimé ni ce livre ni mon expérience de lecture. Je me suis laissée une semaine pour réfléchir et vous écrire une critique constructive afin de vous expliquer pourquoi.


En premier lieu j'ai été extrêmement déçue par l'histoire. Je trouvais le concept original : le narrateur est à la première personne et il s'agit d'un ami des participants à la messe noire. Des années plus tard il tente de comprendre les évènements qui ont bouleversé la vie de chacun. L'idée d'avoir une personne externe permet de récolter un à un les témoignages de chacun, de les questionner voire de rationnaliser ou de faire reformuler certains éléments de leurs discours et de faire des liens entre les éléments communs, Le lecteur peut alors s'identifier complètement au narrateur et est plongé dans cette histoire aux accents policiers et fantastiques... J'avais des attentes sur ce roman d'autant que le premier livre qui m'avait été conseillé avec une référence à Stephen King, HEX m'avait énormément plu !


Malheureusement aucune de mes attentes n'a été comblée! En effet le narrateur est extrêmement passif : il écoute attentivement chaque personne donner sa version des évènements sans poser aucune question ni tenter de trouver une explication rationnelle. Le lecteur le suit dans ses déplacements et ses quelques dialogues avec les autres personnages mais finalement ne sait que peu de choses sur ses interrogations et ses pensées ce qui ne permet aucune identification avec le narrateur alors qu'il s'agit du personnage principal. De plus le fait de n'avoir aucune parole contradictoire et aucune remise en question conduit à une histoire très lisse purement fantastique que le narrateur accepte avec beaucoup de facilité. Il n'y a donc rapidement aucun enjeu au roman ni tension...


Ce qui m'amène au second point problématique de cette histoire : sa construction. Le roman débute par le narrateur qui rencontre une personne faisant écho à son passé : il rentre chez lui et débute une sorte de crise d'angoisse/existentielle dans laquelle il se remémore des bribes de cette période avec ses amis. D'une part c'est le premier chapitre de l'histoire : le lecteur n'a pas eu le temps de s'attacher au narrateur ou de s'identifier et ne peut donc pas se sentir émotionnellement impliqué dans la scène qui se déroule.

D'autre part le chapitre mêle passé et présent et est très déstructuré. Je pense que c'est une manière pour l'auteur d'illustrer le flot de pensées du personnage et la perte de ses repères mais cela conduit à une grosse confusion chez le lecteur qui se retrouve perdu dans un flou dès le début du roman. Une fois ce premier chapitre passé, le livre est construit de manière très simpliste : un chapitre par personnage découpé en sous chapitre. J'ai trouvé très dommage d'avoir ce séquencement des témoignages et encore plus lorsque je me suis rendue compte que le point de vue d'un personnage était écrit comme un sous-chapitre, presque une parenthèse dans le livre.

Il n'y a ni interaction entre les versions des différents protagonistes ni interaction entre le témoin et le narrateur. L'utilité de ce dernier est réduit à un personnage qui passe d'un témoignage à l'autre alors qu'il aurait pu être plus exploité.


Enfin j'ai eu des difficultés avec le style de l'auteur. Pour ce dernier point je dois faire mon mea culpa : après ma lecture de Messe Noire, je me suis rendue compte qu'il s'agissait du second roman de Peter Straub que je lisais. En effet j'avais lu il y a quelques années Le Talisman des Territoires, un roman coécrit par Peter Straub et Stephen King. J'en ferais peut-être une critique sur ce blog mais pour résumé c'est le seul Stephen King que j'ai eu du mal à finir. Je me suis d'ailleurs arrêté après le premier tome car l'histoire avait tout d'un bon Stephen King mais je n'accrochais absolument pas au style.

Avec Messe Noire, je persiste : j'ai du mal avec la manière dont Peter Straub écrit. Outre le premier chapitre extrêmement flou et qui perd le lecteur avant même qu'il n'ait le moindre point d'appuie, le roman traine en longueur. L'auteur prends beaucoup de temps sur des descriptions futiles qui n'ont pas d'importance pour l'histoire et passe très rapidement sur les points cruciaux de celle-ci. Le focus n'est pas là où il devrait être, résultat : je me suis beaucoup ennuyée..


Je crois que c'est l'une des premières fois que je le dis mais c'est un livre que je ne conseille pas : l'histoire ne vaut pas le coup et le style est très alambiqué et pesant. Si vous souhaitez vous essayez à Peter Straub car c'est un auteur reconnu qui a reçu plusieurs récompenses, je vous conseille un autre de ses romans que celui-là.


 

#PireLecture #Février2022

7 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout